Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2013

et bah non...

info.jpgOn attendait la fin des temps, l'arrêt des horloges, un tsunami au Maroilles, une victoire de l'équipe de France 3-0, un Noël au balcon, un rasage gratis, une Europe unie et solidaire....

Onze se calme

 

IMG_5487.jpg 

Et bien non, tout continue ! " J'opte pour l'homme", me chante M dans myplaylist. Avec ces temps économiquement difficiles que l'on nous annonce, peut-être reverrons-nous naître la solidarité ? Cette essence fondamentale et délicieuse qui a nourrit l'humanité dans toutes ses épreuves.

Elle nous manque tellement la solidarité, à l'heure de l'auto-suffisance programmée.

Un peu d'optimisme que diable !

Scan10058.jpgC'est curieux de voir comme l'avenir est toujours pressenti dans la douleur. Les trains qui arrivent à l'heure n'intéressent personne ! Mais pourquoi toujours imaginer le pire ? Regardez, sur cette vieille photo qui date de l'époque "où Jésus Christ était garde-champêtre". Une boutique de foire présente l'homme de l'avenir : un robot de tuyaux de poêle !

Scan10058 2.jpgPourquoi ne pas imaginer un avenir radieux, avec des petits oiseaux qui chantent en se baignant dans des rivières de nectar ?

Plein de gentils qui sortent leurs chaises le soir, devant chez eux, pour s'asseoir dans la rue et discuter avec les voisins.

Plein de dirigeants politiques qui se comportent comme de véritables chefs de famille sachant prendre des décisions difficiles pour éviter la disette.

Plein de danseuses nues...

C'est un peu ce que nous prédisent les Mayas ... après 2012 !

Mais seulement pour les gentils ! Les méchants eux, tous les méchants, souffriront l'enfer pour l'éternité, privés même de bouche pour pouvoir hurler !

Pas cool... m'enfin, nous les gentils, on ne risquent rien !

N'est-ce pas ?

15:15 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (0)

01/05/2011

DSK-K

Raleur.jpgMerci à DSK (*) de venir à point nommé assurer les prolongations de Roland Garos ! Le prix de l'espace publicitaire reste au top pour encadrer l'innommable... Comme des mouches sur le sang (sauf qu'elles au moins s'en nourissent) VOUS serez encore des millions à vous coller le nez sur votre petit écran pour guetter la moindre grimace, commenter le moindre faux pas. Imaginer le pire, avec délice...

Combien ça va ?

BFM : la première TV d'information de France ? Et bientôt le premier support de pub, aussi. Dégueulasse ! On nous fait prendre la "liberté de la Presse" pour la liberté de faire du fric avec n'importe quoi, et plus particulièrement le MALHEUR DES AUTRES, qui nous fait si bien oublier nos pauvres destins de pions de la mondialisation.

IMG_3857.jpg

P17.jpgTiens ? Mondialisation ? FMI (Femmes de Ménages Incluses) ? Nous y revoilà. Au fait, mesdames, un conseil de garçon : la prochaine fois qu'on vous demande d'ouvrir la bouche de force : NE LE FAÎTES PAS.... ou alors, acceptez, puis REFERMEZ-LA BRUTALEMENT.

Je vous garanti que vous aurez le temps de fuir et que le goût que vous aurez dans la bouche à cet instant là n'est pas pire que celui que vous aurait laissé... la peur.

Fraternellement

mY

(*) " J'avais un chien comme ça (NDR: infidèle)...

On a été obligé de lui couper la queue ! "

Les annales chapitre VII

14:15 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (0)

02/11/2010

un coup à gauche, un coup à droite...

Raleur.jpgCa va péter. En Grande Bretagne, comme un peu partout, les humains tirent des bords pour tenter de chopper un vent... porteur ! Mais les manoeuvres sont vaines car le "CAP" n'est pas le bon. Plus d'un(e) l'a compris. L'abstention (l'abandon) est galopante. Las de courir d'un mur à l'autre pour chercher une porte qui n'existe pas.

faut RI-GO-LER !!!

Dans son excellente interview dans le "Philosophie Magazine" de ce mois, Michel Rocard parle du "parfum ennuyeux de la démocratie"... Il évoque aussi l'illustrissime et incontournable John Maynard Keynes (un des plus influents théoriciens de l'économie mondiale) qui soutenait qu'à la fin du vingtième siècle : "3 heures de travail quotidien, suffiraient pour subvenir aux besoins de la planète". 

Toujours plus haut.jpgCondition pour cet eden ? LE PLEIN EMPLOI ! Tout le monde participe. 3 heures par jour. Le reste du temps ? Consommation. De culture, de loisirs, d'échanges humains... Au lieu de ça que voit-on ? De moins en moins de "participants", avec de plus en plus de précaires, de plus en plus d'assistés, de plus en plus de désespérés qui se foutent par la fenêtre à force de ne pas trouver... la porte !

La faute à qui ? Pas aux gouvernants... Ils sont TOUS dans la main des gardiens du temple (lobbies, maffia,...), des marchands d'armes, de drogues, ... d'argent !

Tobin or not Tobin ?

La proposition de James Tobin  (taxation au niveau mondial des échanges financiers) reste "l'Arlésienne" de la tragédie, et pourtant... Les principaux détracteurs sitent l'échec de la Suède qui avait tenté l'expérience... et vu ses échanges boursiers fuir vers l'étranger (Grande Bretagne). La solution ne peut-être que mondiale et simultanée. Pas facile...

donc, ça va péter !

Alors, profitons que lessablesrivegauche n'ai RIEN A VENDRE pour réintégrer (légalement) la MUSIQUE dans ses colonnes ! Le petit lecteur en haut de la colonne de droite diffusera bientôt des playlists ravigotantes. En attendant, cliquez ci-dessous pour l'hymne mondial de la bonne humeur, interprété par le KING DADDY YOD en personne : Chalalalala
podcast
 pour qu'au moins, quand le ciel nous tombera sur la tête, il nous trouve en train de danser.

07:00 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (2)

28/08/2010

Un petit chez soi vaut mieux...

ruéglise.jpg

<==CLICK

Cette fois-ci, on y est ! C'est la rentrée... La Chaume redevient un petit village et Les Sables un doux paradis pour retraités. Bon air, bon genre...

A tous ceux qui ont le coeur gros ce matin d'avoir quitté la côte d'Opale et le pays d'Olonne, cette petite pensée pleine de reconnaissance.

f

Allez, vous ne perdez rien...

Scan10002.jpg

Vous avez visité notre belle région et peut-être pensé qu'elle était joyeusement animée ? Ne vous trompez pas : l'animation, c'est vous qui la faîtes ! Aujourd'hui, vous êtes tous partis, et nous voilà tous petits, tous calmes !

N'ayez pas trop de regret et revenez vite, les plages vous attendent.

Et nous aussi.

Sans titre-1.jpg

wwwwwwwwwwww(CLICK)

00:36 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2010

laché de sportifs sur les quais de La Chaume

SEC Hand-ball.jpg<=== CLICK

612 baskets Nike, 210 baskets Puma et 120 baskets Addidas étaient au départ de la 9ème édition du 10Km des Sables. Faute "ménage" sur le Remblai,  La Chaume avait hérité de la manifestation. Plein de clins d'yeux à la clef, les zotorités annonçaient l'évènement aux commerçants comme la poule aux oeufs d'or. Coup de bec dans l'eau du port... Les sportifs ne mangent que des pommes (offertes) !

Ça !!! C'est du sport...

IMG_0722.jpg

17:30 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (3)

19/06/2010

Halez les boeufs !

hand.jpgPourquoi les "grandes" équipes ont-elles du mal a gagner face aux plus modestes ? La réponse est simple. Lessablesrivegauche a le plaisir de l'offrir généreusement à tous les cadres sportifs du monde entier.

Allons enfants de l'apathie

La compétition sportive est un substitut de la guerre. A toutes les époques, ces messieurs ont adoré se foutrent sur la gueule. C'est comme ça ! Acteurs ou supporters, la compétition sportive offre la possibilité à l'homme moderne de : GAGNER ! (là où on n'a pas pu le faire en semaine, au boulot, en famille, en couple...)

IMG_4072.jpg

Et dans la victoire, il n'y a plus de barrières raciales ou sociales. On est tous frères, on est "LES CHAMPIONS ! ". Un ego gonflé un bloc, on rentre à la maison faire des futurs petits guerriers à Marie-Claire si elle veut bien, quelques mois, suspendre son régime salades.

" L'argent pourri tout" ?

90d80482-8c98-400d-b6c8-6df85efef4fd.jpgDe tous temps, le butin de la guerre profitait principalement au pouvoir et au clergé (les deux jumeaux de l'humanité). Aujourd'hui le butin de la compétition sportive est démocratiquement partagé entre tous les complices de la maffia sportive. Comble : aux guerriers eux-mêmes ! (les sportifs). Or, comme ce butin est énorme, les primes le sont également... Jusqu'à là, et quoiqu'on en dise par jalousie, c'est normal LIBERAL ! Un nanti (Thierry Henry a gagné 17 millions d'euros l'année dernière pour rester assis sur un banc avec une couverture sur le dos), un nanti disais-je peut-il encore être capable de souffrir pour gagner ? Personnellement je pense que c'est possible. Mais à la seule condition qu'il lui reste encore de la foi.

Au nom du Père.

9e2faf369154539a86ee05a5a275be4c.jpgOr, ce qui faisait qu'au moyen âge les gueux se castagnaient entre eux pour les caprices des comtesses locales, des fougueux chevaliers ou des abbés contre-maîtres, ce nétait pas la généreuse poule-au-pot promise aux vainqueurs survivants, c'était la défense et l'honneur de leur identité (leur fief). Et ça, les mercenaires modernes du football ne l'ont plus cette foi. Foi en leur équipe, en leur club, en leur famille de bénévoles aux petits soins pour eux, ... en leur nation !

Quand on a d'un côté 11 guerriers mexicains, la poitrine gonflée, les yeux tournés vers le ciel, qui braillent fièrement leur hymne national la larme au coin de l'oeil... et de l'autre côté 11 superstars internationales, mâchonnant leur chewing gum, les oreilles collées encore par les écouteurs de leur Ipod laissés à regret sur le bancs de touche... L'ISSUE DU MATCH NE FAIT AUCUN DOUTE !

La preuve.

Faîtes du sport, pas la guerre !

Bon, moi ce que je vous en dit... Personnellement je ne crois pas qu'il soit nécessaire de gagner pour être heureux. Alors, la compétition...

Néanmoins, si le sport est le substitut de la guerre, je préfère encore monter dans les gradins d'un stade, que de descendre dans les tranchées d'un champ de bataille !

Mais faîtes attention à ce que vous dîtes : les enfants écoutent et eux, ils ont encore besoin de croire.

IMG_8178.jpg

Pour nous c'est trop tard. Mais dans moins de 100 ans, l'humanité sera ENTIEREMENT renouvelée. Faisons en sorte qu'il y ait un peu plus de respect d'amour dans tout cela. Apprenons l'amour LE RESPECT à nos enfants.

18:25 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (2)

02/05/2010

Un port à Brem ?

menhir.jpg<=== CLICK

En réponse à des clients du restaurant (que nous remercions encore), j'ai recherché les informations concernant l'existence d'un port "antique" à Brem sur mer...

Différentes sources m'en avaient fait état, pour l'instant, voici la première qui me revient à l'esprit. Extraite du très bon livre de Pierre Lataste : "Histoires des Sables et du Pays d'Olonne".

 

Portus Secor

Scan10010.jpgOn se rappellera qu'à l'époque, notre région est occupée par les Celtes / Pictons / Agesinates...

" C'est en 57 avant JC que les légions romaines contraignirent les Pictons à se soumettre à César. Il y eut très vite collaboration forcée des Pictons et Romains, et quand César envisagea un débarquement chez les Vénètes qui occupaient la Bretagne actuelle, ce furent les Pictons de Portus Secor - un port dont nous ignorons aujourd'hui la situation exacte sur la côte, probablement entre Brem et Bourgneuf - qui construisirent la flotte de débarquement."

IMG_3609.jpg

Lire aussi : "Portus Secor et les fouilles de La Gachère en 1901" d'Edgar Bourloton.

Ne cherchez pas Les Sables (d'Olonne), ils n'existaient pas encore !

15:20 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (1)

... votre prénom c'est Juste ?

sul'pond'marlène.jpgNous interrompons momentanément notre interruption de l'image... pour commenter une récente décision de... justice :

1/3

L'ensemble de la rédaction tenait à s'associer à la douleur des filleuls de monsieur Charles Pasqua, leur parrain, homme d'affaires ayant conclu une vie entière consacrée à la politique, par une honteuse condamnation à la prison pour complicité de malversation et abus de biens publiques. (c'est moche !)

Nous tenons à rassurer sa famille, ce n'est pas parce qu'il y a une brebis galeuse dans le troupeau que tout ce dernier doit être abattu ! (Ce n'est pas comme pour les boeufs)

Justin Surtroy

11:36 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (0)

Tout le monde sème

Sablaise.jpg<=== CLICK

La Grande Bordée 2010 aura bien lieu ! Sans subvention, ni sponsor... il est vrai. L'histoire du berceau de notre Pays d'Olonne n'intéresserait-elle plus les puissants ? Ils ont sans doute la tête ailleurs...

Les Belles Chaumoises

h

Avec un concours des Reines qui vascille, il fallait bien ça ! L'illustrissime Grande Bordée, organisée par l'association La Commune Libre de La Chaume, reviendra cette année (le 11 septembre) et s'étendra pour la première fois de chaque côté du chenal : Chaume ET Sables.

111 055 copie.jpgLe "trait d'union" entre les Sables et La Chaume, évoqué par monsieur le maire à l'occasion de l'inauguration des embellissements de Port Olona, montre bien que la fracture perdure et qu'il existe bien DEUX entités disctinctes dans les esprits.

Les touristes ne s'y trompent pas. Peu s'imaginent qu'il s'agit là de 2 quartiers d'une même ville. En effet, en 1754, tenus par les partis (politiques) par l'habile intendant Blossac (un ancêtre de C.Pasqua ?), les chaumois furent contraints (financièrement) de demander l'unification de La Chaume (patrie d'origine) aux Sables (nouveau quartier, coqueluche des riches armateurs).

Ha! cette démolition "surprise" du pont il y a 32ans ! Mais qui s'en plaint maintenant ? La Chaume affirme son caractère atypique et c'est tellement mieux comme cela.

000.jpgphotos du pont et article d'époque (click)

chanson "le petit martyr" par BB, un jeune chaumois du Pays d'Olonne.

 

podcast

d

Les "coups de fils" vont bon train pour synchroniser la fête sur les deux quais. La Commune libre de la Chaume réussira-t'elle là où "OK le mardi" a échoué l'année dernière ?

JD Nau l'Olonnais

09:50 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (1)

Sectes : Baisons-nous les uns les autres. (SUITE A CLIQUER)

IMG_0578.jpg

Raleur.jpg<== CLICK ATTENTION CETTE NOTE EST AU FORMAT "NOUVELLE". ELLE S'ADRESSE DONC A CEUX QUI SAVENT LIRE ! (Interdit au plus de 11 ans)

Si l'amour est dans le pré, qu'ils soient laïcs ou sacrés, les bergers finissent toujours par se taper leurs brebis !

La chaire est faible...

h

" Et toi... Qu'est-ce que tu penses du mariage des prêtres ?

- bah... Si ils s'aiment !!! "

f

PS : Qu'aucun gourou nanti et encapuchonné de quelque uniforme soit-il ne vienne me faire la morale. Je prie tous les jours pour un monde meilleur. Loin des églises et des temples, je prie un guide unique qui s'appelle Dieu en français, God en anglais, Allah en arabe, Yahvé en hébreu et Amour pour tous les autres.

 

05:05 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (3)

09/04/2010

Les cloches au Vatican, les boules à l'Elysées

Raleur.jpgAlors ? Bien digérés les petits chocolats pascaux ? A défaut de célébrer la résurection du Christ (une vieille fumée qui date de près de 20 siècles et dont le feu s'éteint pourtant), on aura célébré la résurection des chocolatiers ! Les marchands sont bien dans le temple; ce sont même eux qui en payent les travaux d'entretien. A quand des entrées payantes dans les églises ?

pour pas-que...

la rue meurt !

Au même moment que sortent un petit bouquin et un site internet promis à un grand avenir sur "les PPH" (petits plaisirs honteux), basés le plus fréquemment sur les PMA (petits malheur des autres), l'ensemble de la presse vient nous donner des leçons sur ce qu'il est bien ou pas bien de... penser !

dick 083.jpg

Vindicte.jpgAu bout d'une demi heure d'émission sur France Info, consacrée aux affaires de moeurs présidentielles, on nous déclare in fine, que tout celà est bien futile et que :" 82% des français se moquent de la vie privée des hommes politiques". FOUTAISE ! Non seulement ces étalages peuvent ORIENTER les intentions de votes ou détrôner des gouvernements (sauf en Italie qui possède plus de clients que d'électeurs), mais ils REJOUISSENT les plus humbles qui constatent avec soulagement qu'en dehors de posséder des montres qui valent le prix d'une voiture, des voitures qui valent le prix d'une maison, des maisons qui valent le prix d'un ministre.... Les puissants peuvent aussi posséder des cornes, qui ne valent pas plus chères que les nôtres !

 

Ainsi soient-ils.

09:44 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (3)

03/04/2010

revenons à nos... brebis

Je n'aime pas la tournure que prennent les choses. Humeur ? Humour ? Il semble qu'à notre époque il ne soit plus possible de se moquer. Les nerfs sont à vifs, les susceptibilités exacerbées. En commençant par la mienne.

De qui se paye-t'on la tête ?

De personne. De plus personne. Tout va bien Citizen. Tout va bien...

Comm.jpg
little brother (mY) is watching you

09:51 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (2)

28/03/2010

Nettoyage de printemps (3)

iba0004.jpg<=== CLICK

Troisième printemps pour lessablesrivegauche.fr, né le 21 octobre 2007.

Une idée germée entre Babeth (restaurant l'Echelle), Dorothée (Le Poisson à Roulettes) et votre serviteur monsieur Yves (photographe). On a dit : "Un site pour parler de la rive gauche des Sables d'Olonnes". Faire découvrir son effervescence artistique. "Sa qualité de vie !". La vie de ses petits quartiers, le sang qui coule dans ses venelles étroites. "Et les Chaumois de la Commune Libre" et les commerçants si sympas ! "Rien n'a voir avec la rive droite !" Rien n'à voir... "Alors on va tout montrer ! " Qu'on avait dit comme ça...

IMG_4166.jpgIl en sont passées, des baleines dans le chenal ! Des 60 pieds aussi... Et puis 125 commerçants, artisans et professions libérales ont dit : "c'est bien votre truc, on vient avec vous !" Alors on s'est rappelé que nous étions, ensemble, sur une île, puisqu'il faut toujours passer un pont (11 au total) pour venir sur l'île Vertime. Ca nous donnait une particularité. Un intérêt supplémentaire. " C'était bon pour le tourisme ! " Bon pour les affaires.

Alors on a lu des livres d'histoires et tiré des plans sur la comète.

Et puis on s'est rendu compte qu'on était bien, comme on était. Et qu'il ne fallait rien changer.

"Non, rien changer du tout"...... 

IMG_3747.jpg
Echec aux pions !

14:10 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (2)

27/03/2010

pour "DOMI"

Avant la naissance des Sables d'Olonne.jpg<=== CLICK

Au début de l'ère chrétienne, le remblai des sables, le quartier du centre et le quartier du Passage ne sont pas encore sortis de la mer.

Les seuls ports connus successivement par les phéniciens, les Celtes, les Grecs, les Romains et, bien sûr, tous les pêcheurs du Golf de Gascogne, sont :  La Chaume et  La Roulière (Olona), depuis déjà quelques milliers d'années... d'ailleurs. (point) 

(détail de la carte de Huetz de Lemps)...

oui, mais... à la fin du 18ème siècle, alors ??

NON PLUS ! 

à télécharger ci-dessus : le pays d'Olonne vers 1770 - détail de la carte de Cassini de Thury

19:20 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2010

Réformes de la santé : tous commerçants !

a1.jpgOui...Non...Oui...Non ??? Les américains pourront-ils eux aussi se creuser un trou de la sécu ? En France, les indemnités journalières auront battu des records cet hiver. Rhumes, états grippaux, angines, petites gastros, TV Haute définition, sont les enfants gâtés des arrêts maladies.

IMG_6153.jpgAaïïeeuu !

f

Fonctionnaires, profs, salariés, dîtes NON à la maladie. Devenez petits commerçants, artisans, restaurateurs, bistrotiers, agriculteurs, marins, travailleurs indépendants ... Travaillez 15 heures par jour pour payer vos taxes, vos caisses maladies, vos (inutiles) caisses de retraite, vos employés... et vous verrez :

 ADIEU LES ARRETS MALADIE et VIVE LE BOULOT ! 

PS : C'est marrant ! Avant je travaillais dans tertiaire. Dans mon bureau, où nous étions 7 ou 8 salariés, il y en avaient toujours un ou deux de... pas bien : d'absents ! Ma femme était prof. Elle aussi parmi ses collègues, il fallait toujours se débrouiller pour remplacer les... pas bien, les absents. Aujourd'hui je travaille dans le petit commerce. En 8 ans, je n'ai jamais vu d'arrêt maladie autour de moi !

22/03/2010

Blog : blog-blog

TN_18-01-08_10aaa.jpgMon coeur fait "blog-blog". Record battu ces derniers jours avec 523 connexions une même nuit sur les sablesrivegauche ! Si on est loin des 350.000 visiteurs de certains (qui proposent des téléchargements gratuits), c'est beaucoup pour un journal, tout compte fait... intime.

Chaque semaine, j'apprends que tels ou tels (ils se reconnaîtront) viennent régulièrement sur cet espace...

Merci de tout mon... blog !

Je vous rappelle que les propos portés ici n'engagent que moi. Ce sont les cris d'un coeur sincère et aimant, parfois maladroits, souvent provocateurs, mais toujours amicaux.

A bientôt ou tard... de vous lire ! Et bonne semaine à tous.

mY

12:34 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (4)

Politique : la parole est aux muets

sarkosy 21.jpgSans titre-1.jpgDans un pays où, quoique l'on fasse, environ 50% de ceux pour qui on le fait, vous traitent de con...

Les absents ont toujours raison

49% d'abstention, ce sont : 17% de feignants + 12% de désabusés + 4% d'ignares + 8% en congés + 3%de loosers + 2% d'irresponsables + 3% de pas au courant...

soit :

49% de partisans de la majorité qui n'ont pas voté, tellement confiants et solidaires du programme de réforme en cours.

49% de partisans de l'opposition qui n'ont pas voté, tellement révoltés et déçus du programme de réforme en cours.

(rayez la mention inutile)

Une solution : le fric !

PS (lire post scriptum)  Pour lutter contre l'absentéïsme dans les établissements scolaires, certains ont déjà envisagé de rémunérer les élèves présents. Une suggestion : et si on économisait sur les frais (énormes et inutiles) de campagnes électorales pour rémunérer les votants ?

11:41 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (1)

15/03/2010

La voirie et les riverains pleurent.

IMG_2644.jpgDéjà les chantiers simultanés de Port Olona et du Remblai mettaient un sacré delbor ! Les nombreuses "déviations" qui n'aiment pas faire attendre les copains chaque année ici et là en ville, étaient bien au rendez-vous...

C'est balot !IMG_0499.jpg

Et paf, voilà que la tempête a vrillé les lignes blanches à La Chaume, déterré les fils électriques et téléphoniques aériens de La Chaume et déplacer les parkings à vélo qui, au lieu d'être là où il y a des vélos, empêchent les piétons de passer face à l'embarcadère du passeur à La Chaume (et un restaurant d'avoir une terrasse comme tous les autres à La Chaume !)

thouet 008.jpg
.
.
.
.
.
................Enfin, tant qu'on pourra
...................manger des moules
.....................au Bar du Pont...
....................Merci la voierie !
IMG_0573.jpg
3 piétons sur 4 empruntent la chaussée à cet endroit-là ! Moi je vous dis qu'un jour y'aura du bobo !

16:05 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (4)

miam-miam, pipi, dodo ?

campingcar[1].jpgComme vous le savez, je suis passé dans le monde des camping-caristes ! Cet icône prendra bientôt du service. Je dois bien cela à mes frères de bitume !

(à suivre)

Aux Sables d'Olonne je suis chez moi. Heureusement. Parce que pour les camping cars il n'y a pas grand chose et nous ne faisons certainement pas partie des bons élèves. Pas d'aires aménagées ! Et les campings n'ouvrent pour la plupart qu'à Pâques !

IMG_0495.jpg
Un petit coin sympa au bord des marais (canoé, balades, visites, Wi-fi)  CLICK ICI

Scan10005.jpgPourtant, si un maire peut interdire le stationnement dans certains points sensibles : " il est contraint par la loi de préserver le droit des auto caravanes à une halte nocturne dans n'importe quel endroit du territoire de la commune par l'aménagement d'aires spéciales".

Les camping caristes sont plutôt des gens pépères et bons clients avec ça ! Pour éviter de les voir partout et à l'envers, faisons-leur un endroit !

IMG_9736 2.jpg

13/03/2010

Tout abus est dangereux

Raleur.jpg<=== CLICK

Hier, j'ai dîné avec un officier de police en retraite. Dans une bonne foi dont il ne me vient pas une seconde l'envie de douter, mon hôte m'a convaincu qu'il n'avait JAMAIS rencontrer de tire-au-flanc dans les brigades qu'il avait commandées.

mea culpa

Aussi, je regrette vivement de m'être emporté dans un précédent article, en suggérant que seuls les fonctionnaires et les salariés pouvaient abuser des "arrêts maladie". Si j'ai pû blesser maladroitement  les consciencieux parmi eux, j'en suis extrêment confus et leur prie d'accepter mes plus sincères excuses.

De plus, concernant les "tricheurs", il est à leur défense qu'ils n'ont vraiment pas de chance de faire un métier pour lequel il n'éprouve aucune passion. De ce genre de passion qui tire du lit, malgré la fièvre.

Désolé pour eux, .... et pour la Sécurité Sociale !

09:53 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (1)

01/03/2010

Vécu bénit... (Nouvelle de Jacques Vignon)

 

Colonie de vacances

 

…Un soir à la gare on rejoint un troupeau d’enfants. Il y a trois catégories d’âge, à huit ans on fait partie des petits. On a une valise de toile écossaise et un sac assorti que l’on porte en bandoulière. On est affecté à une équipe, elle a son fanion et sa devise est : Blériot toujours plus… Haut !  Et on ne sait pas encore qui est Blériot. On est en uniforme : chemise beige avec un insigne sur l’épaule, un foulard bleu ciel bordé de rouge, un short marron et, sur la tête, un béret de la même couleur que la chemise. Le ceinturon serré à un cran supplémentaire qu’il a fallu percer loin, car on est fluet, comporte une drôle de boucle pas commode à fermer ; deux anneaux métalliques pourvus de mousquetons relient les lanières de cuir, on peut y accrocher un canif, un sifflet et un « dizainier ». On découvre que l’on est devenu Cœur Vaillant ; il paraît que c’est un peu la même chose que scout. En moins bien. Les autres se connaissent, car durant les trimestres d’école ils se retrouvent les dimanches pour des jeux ou des sorties, là, c’est leur colonie ; la plupart viennent tous les ans. Le directeur est un homme vif et affable, les parents resquillent afin de le saluer avec cette cordialité soumise que les fidèles manifestent aux curés sur les parvis, juste après la messe. Il est sympathique avec son impeccable raie, ses lunettes d’écaille et les sourires qu’il distribue à tous. Bien que petit, le torse bien pris dans sa soutane, les épaules élargies par son blouson, facile et naturel il en impose. Les mères sont sous le charme, les maris un peu jaloux ou conquis. Toute une hiérarchie seconde l’abbé René… l’air d’une grosse paysanne revenant de biner son potager,  une paille de fer rouille sur le crâne, des yeux de lapin albinos, des joues aussi fessues que vermillon et des mains constellées de taches orangées, voici l’abbé Francis, c’est le sous-directeur, mais sa cour est moins nombreuse. Les moniteurs sont en short eux aussi, c’est bizarre leurs jambes velues, certains portent de fines moustaches et puis il y en a un, plus haut que les autres, tout dégingandé, presque chauve, dont la barbe dissimule les traits, et ça donne l’impression que sa chevelure a glissé jusqu’à son menton, il paraît qu’il est séminariste. Quand on s’adresse à eux, il faut précéder leur prénom par « chef », pareil que père pour un prêtre. Ils coursent les enfants qui se sont échappés en quête d’une dernière embrassade, ou sont allés dans une autre équipe retrouver des camarades. Trois contrôleurs s’impatientent, ils voudraient bien que cette confusion embarque illico ; l’abbé René prend la direction des opérations. ça ne traîne pas.

 

… C’est bien la colonie de vacances… La toilette faite, le petit déjeuner avalé, les chefs d’équipe sont convoqués pour l’affectation des services, le mot corvée est interdit. On appréhende le réfectoire, parce qu’après avoir joué au serveur il faudra vider les restes de mangeaille dans les poubelles sous l’assaut d’escadrilles de mouches et de guêpes, plonger ses mains dans les eaux grasses, tordre des éponges gluantes. ça terrifie autant que ça chavire. Les sanitaires c’est pire; évidemment il n’y que les moniteurs pour appeler ça les sanitaires, les enfants disent les chiottes. Celles des étages, passe encore, mais dans la cour… Les mouches toujours, les éclaboussures, la pestilence exaspérée par la canicule, on finit pantelant, à genoux, le front appuyé contre un mur. Autrement, manier le balai dans les dortoirs, les salles et les couloirs est presque un jeu ; surtout dans les escaliers, avec ce tas de poussière qui croît à chaque marche, arrivé en bas c’est impressionnant. Surpris par sa pensée, on se dit qu’il y a peut être un rapport entre cet amas grisâtre et l’une de ces phrases étranges dont les heures de catéchisme vous estourbissent : « tu retourneras poussière… ».

La journée on ne s’ennuie pas. La fabrication d’une énorme montgolfière pour la fête de la colo mobilise du monde, sans oublier la confection d’invraisemblables et magnifiques souvenirs pour les parents. La sieste, on s’y morfond autant qu’à la messe et on envie les grands qui s’amusent dehors. Deux fois par semaine, il y a des jeux de piste et même des excursions en autocar pour aller à la mer.

 

… Assis sur la table, le talon posé sur la chaise on regarde l’abbé René assainir la blessure, ça pique ; muni d’une aiguille courbe au bout d’un fil, s’aidant d’une petite pince qui rapproche les lèvres de la plaie, il recoud ; points de suture ça s’appelle, il en a fait quatre. ça saigne encore, des boulettes de gaze emmaillotant du coton boivent le sang, après de jolies trajectoires elles vont au fond de la corbeille, pas une seule ne tombe à côté ; ça impressionne et ça rassure une telle adresse. Une compresse, une autre et encore deux, on aide en les maintenant tandis que l’abbé entoure le haut du mollet avec la bande. Voilà, c’est fini ; on trouve le pansement magnifique, la jambe est plus grosse que le genou. En rangeant son attirail dans la mallette ornée d’une croix rouge sur fond blanc, l’abbé parle gentiment, il félicite parce que l’on a été courageux. Ça fait chaud dans le cœur ce compliment, et pourtant on sent du froid partout… L’odeur de l’éther, cette entaille, ce rouge, et puis c’est la première fois que l’on voit aussi loin ce qui est au dedans de soi. On essaye de se raccrocher au bord de la table, les doigts sont raides, les bras sont mous, on chancelle… L’abbé a tout vu, on est rattrapé avant que la tête ne heurte les carreaux ; on ne pèse plus rien, on est bien dans cette force et on se laisse aller. Maintenant on est couché sur le lit. L’abbé délace les souliers, retire les socquettes, le short, la chemisette, on est encore fétu dans ses bras lorsqu’il ouvre les draps et puis on met la tête dans son cou en fermant les yeux. On se calfeutre sous les couvertures, on les tire jusqu’au menton en prenant garde à ne pas se mettre les pieds à l’air, il ne doit plus rester dehors qu’un bout de visage. On dit merci Père, et on est sûr que l’on n’a jamais prononcé ces mots de cette façon-là, avec autant d’abandon, autant de foi. Il blague un peu, donne un bonbon et s’en va en recommandant de ne pas bouger, il dit qu’après la veillée il viendra refaire le pansement et donner des pilules en cas de douleur, c’est une promesse qui mange déjà le temps. On va passer la nuit à l’infirmerie, c’est comme si on avait une chambre rien qu’à soi et en plus, derrière un rideau, il y a un lavabo et des toilettes. On pense aux autres, au réfectoire, aux dortoirs, aux chiottes ; pour un peu on sautillerait d’aise d’être tombé sur ce morceau de verre. Demain, si tout va bien, on aura le droit de bouger. Contre le mur où le lit est calé, il y a une étagère avec une collection d’albums, plein de Tintin, on va relire celui que l’on préfère, le trésor de RACKHAM LE ROUGE. Trois copains sont venus prendre des nouvelles. Ils ont apporté la trousse de toilette et le pyjama. à cause de la piqûre antitétanique il a fallu se contenter d’un potage et d’une pomme, c’est le moniteur Francis qui a monté le plateau, il avait l’air embêté, il paraît qu’il s’est fait engueuler car c’est interdit de laisser les enfants jouer derrière la tribune du terrain de foot ; en partant, il a recommandé de boire beaucoup et posé un grand pichet sur un tabouret servant de chevet. On a essayé de se lever, mais la jambe tirait et la tête tournait

 

Brouhaha, c’est la fin du repas. Des sifflets, dans une précipitation bruyante les rangs se forment, pour montrer que tout le monde est là le chef crie la première partie de la devise et l’équipe répond, la colo se rend au défilé folklorique du village. On fait des projets, quand il n’y aura plus personne on essaiera encore de se lever, on a envie de se promener dans les couloirs et d’avoir peur dans la bâtisse déserte. C’est toujours très impressionnant ces lieux lorsqu’il n’y a plus que du silence; les yeux ronds, la peau en alerte on espère autant que l’on redoute quelque chose d’extraordinaire, le commencement d’une aventure, un phénomène surnaturel, une apparition. En compagnie des autres on joue les braves, on se moque de ceux que les fantômes ou les revenants terrorisent, mais seul… En plus le cimetière n’est pas loin.

 

… poliment il a frappé à la porte puis il est entré en disant avec un bon sourire… Les soins pour le grand blessé. Malgré les compresses, le sang imprègne la bande, bien que réduite par les fils on se rend bien compte que l’entaille était large, autour c’est jaune avec des nuances de violet, la douleur est plus pointue que tout à l’heure, et puis ça tire, mais on est assis. Il y a, dans le nez et la gorge le feu de l’éther ; sur la table de bois vernis, juste à côté de la soucoupe où luisent la pince et les ciseaux, la grosse bouteille brune de mercurochrome trône; sur le front de l’abbé trois rides se sont creusées, dedans il y des gouttes de sueur, il s’applique drôlement, il ne fait pas mal et c’est fini. on a droit à une barre de chocolat, celui que parfois on reçoit pour accompagner l’épaisse tranche de pain au goûter, Lanvin la marque, l’emballage est bleu avec bel un avion dessus. L’abbé dit qu’il faut se laver avant de dormir, et qu’il va aider. On se déshabille comme si on était chez le médecin ; un abbé, un docteur, c’est pareil, ça peut tout voir. On a l’impression d’avoir les pieds en caoutchouc, alors on se tient aux épaulettes du blouson, le gant savonneux fait du bien, c’est doux et tiède, comme on aime. Le Père découvre que l’on est chatouilleux, il connaît les endroits qui font rire : la nuque, derrière les oreilles, sur les flancs, sous les bras, et puis la taille, et puis le creux entre le cou et l’épaule, il appelle ça les salières, il dit les petites salières alors on rit, on rit ! On hoquette, on a besoin de reprendre son souffle, on est dans une espèce d’énervement qui fatigue, le gant glisse sur les cuisses et remonte vers l’aine, ça chatouille encore plus, trop. une pause, et ça reprend. on essaie de se protéger par des gestes timides de peur qu’ils ne passent pour de l’insolence, de l’indiscipline, ou un encouragement. On halète, on fatigue. On se découvre méli-mélo d’énergie et de faiblesse. On glousse, on a honte, on mime un air calme, on voudrait mettre du sérieux sur son visage, et, contre sa volonté, on rit en geignant. On sent monter les larmes, on s’étrangle et le rire se brise, se mue en sanglots ; malgré tout ça on esquive, on résiste, mais c’est au prix d’un effort qui asphyxie.  Maintenant, c’est trop violent ce mélange de peur et de révolte serrant les tempes, on voudrait que tout s’arrête mais il ne comprend rien l’abbé ; on a des nœuds dans le ventre, et autour, car il se met à mordiller l’oreille, sa bouche vient sur la joue, sa langue pénètre les lèvres. D’un seul coup on déteste, on se détourne et on se sert de ses mains pour repousser ce visage qui ne sourit plus. Et on transpire froid, et le cœur s’emballe, et on respire de plus en plus mal. L’abbé s’est assis sur le lit, on a les hanches prisonnières entre ses genoux, on ignore comment il a fait mais sa soutane est déboutonnée, dessous il y a un pantalon dont la fente est ouverte. Et on se retrouve avec quelque chose de lourd, de dur aussi, de mou aussi, de baveux aussi, ça poisse dans les mains ; impossible d’échapper car l’abbé tient les deux poignets, et il serre, et il a l’air méchant, alors on ferme les yeux ; entraîné par le basculement de ce corps si grand d’un seul coup, si noueux d’un seul coup, si autre… On est soulevé du sol, plaqué le nez dans le col, il y a une odeur de peau, de tabac, de vin. Et maintenant l’abbé qui parle tout bas, mais c’est comme s’il criait ; il ricane, il grogne. Noyée dans la salive une suite de mots avec des « tiens » qui reviennent tout le temps, il bégaye des « tiens », il éructe des « tiens », il jappe des « tiens » et plein d’autres mots sans suite, des mots qu’on ne sait pas. il chevrote et c’est pire que s’il hurlait. … je te donne, sens comme je te donne, t’aimes ça petite salope, t’aimes ça ! Il éraille… Ah ! Tu vas profiter ma sale petite vicieuse, ah ! T’en veux, je vais t’en foutre moi… t’es une sacrée petite roulure, t’es une vermine de saloperie toi. Tiens ! Tiens et tiens ! on est rejeté sur le côté, on a le ventre, le torse et le visage gluants de lui. Juste à la fin sa main s’est refermée, le poing est resté en l’air et on a eu peur d’être tapé. Il est parti à grand pas en se rajustant, sans se retourner ; on s’est lavé honteusement en ayant peur que ça coule plus loin sur soi ; on a été sur le point de vomir, mais c’est resté au fond. On a caché le gant de toilette dans la corbeille, sous les compresses qui commençaient à foncer.

Il y a eu d’autres soins et puis les confessions du samedi soir. On est allé en colonie quatre années de suite, tout s’est arrêté quand on a eu onze ans. On était trop vieux sans doute…

 

15:53 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (2)

on s'en fout ! (et en plus ça pue et ça pollue)

Raleur.jpg

<== CLICK

Il a remis ça, le cuistre ! En tant que photographe diplômé d'état (il en faut bien un), je m'insurge contre cette position rétrograde qui consiste à faire pipi dans les cuvettes pour faire monter les noirs !

Par amour de la photographie

Scan10006.jpgC'est tout ce que vous avez à proposer comme arguments pour présenter vos photos ? (extrait de presse cette semaine)

Je vous suggère de coller cette étiquette  sur chacune de vos bidouillographies macabres et masturbatoires afin que les "Marie-Chantal" qui vous achètent vos oeuvres (car vous deviez être bel homme dans votre jeunesse), puissent se rappeler du texte pour épater leurs copines.

05:41 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (1)

25/02/2010

Y'a photo

4 010.jpg

Qu'est-ce qu'une "belle" photo ? Indiscutablement une photo... qui VOUS dit quelquechose : une exclamation, une information, une révélation, une question...

Raleur.jpg

<== CLICK

Il existe encore quelques andouilles rétrogrades pour penser que :"rien ne vaut les images argentiques" face aux... numériques. Des bidouilleurs en cuvettes qui font cuire leur papier baryté à la recherche d'un Graal trouvé des millions de fois depuis 2 siècles. Ils vont même jusqu'à l'afficher en gras sur leurs affiches d'exposition ! 100% argentique !  Comme un passeport, un label, un mot de passe. Comme si il fallait transpirer dans un labo in actinique, salir une blouse grise et s'empoisonner les poumons des relents d'hyposulfite pour prétendre au statut de photographe ! Connards...

Faire une (belle) photo est à la portée de tous, heureusement. C'est comme (bien) faire l'amour. Encore heureux qu'il ne soit pas obligé d'être gynécologue pour savoir faire des enfants, ni de s'appeler Françoise Dolto pour les élever...

Puis l'histoire fera le tri.

00:13 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (7)

24/02/2010

Froid dehors, chaud dedans

plafe 2.jpg

<== CLICK

Je SUIS froid ! Mais je N'AI pas froid ! C'est curieux comme un simple changement d'auxiliaire peut changer une phrase, et finalement... la vie toute entière !

Il y a 20 ans, en voyant des surfeurs rentrer dans l'eau par -2° celcius, on aurait pensé : ILS SONT FOUS !!!! De nos jours, grâce aux progrès des équipements "hiver", on pense tout simplement : ils sont fous !

g

Tous à l'eau !
a.jpg
 
Petite balade sympa offerte par Yann Desmot et Seb

17:40 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (2)

14/01/2010

vacances... J'oublie tout...

campingcar[1].jpg

<== CLICK

Voilà, voilà... On arrive... Ha ! Que c'était bon les vacances ! Mais cela fait vraiment plaisir de se retrouver dans le pays d'Olonne après 4.000 km parcourus en France. Allez on vous racontera tout ça sur le nouveau blog  fotogag.fr

le grain des Sables : LE RETOUR !

 

IMG_9801.jpg
monsieur Yves.jpgLa présence de la note sur les fortunes diverses de l'humanité traduit bien la liberté de cet espace internet. Tout peut y être débattu, même si sa vocation première (il y a 2 ans maintenant) était : 1/ présenter mon travail de photographe  2/ promouvoir l'Ile Vertime.IMG_1221.jpg

Comme tu le sais, ces objectifs ont évolué. Promouvoir l'Ile Vertime me semble moins opportun depuis l'invasion touristique et la prolifération de papiers grasvdans la forêt d'Olonne, de l'été dernier. En clair : "Ici c'est bien... CHUUut !" D'autre part, hisser l'étendard de l'unification (Ile Vertime, laboratoire de la fusion du pays d'Olonne) semble bien dérisoire lorsque l'on constate à quel point "les gens" s'en foutent comme de leur première bouée à tête de canard (voir référendum) !

C'est pourquoi j'ai décidé d'aller "voir ailleurs si j'y suis"...

IMG_9736.jpg

Et j'y étais ! Derrière chaque arbre, sur chaque montagne, au fond de chaque vallon. Passé les éternelles enseignes présentent aux abords des grandes villes (SuperU, McDonald, KIABI, Crédit Agricole, Feu Vert, Ikéa, Lidl, etc... etc...), chuchotte encore la grande histoire de l'humanité. Plus belle encore que l'humanité elle-même.

IMG_9767.jpg

Félicie, AUSSI :

Dans l'immédiat une petite mise au point, cher POP. Concernant les commentaires publiés pendant mon absence. Comme précédemment précisé ce site est AVANT TOUT un album de BELLES photos. Or, dans ce monde qui crève de l'indifférence (voire le mépris) de ses contemporains, une BELLE photo est une photo qui déclenche un sentiment fort chez son spectateur : émmerveillement, surprise, révolte, information, plaisir, sourire, remise en question.... Aussi, je pense que les photos concernant le séisme d'Haïti, peuvent être considérées (par Valérie) comme de BELLES photos

21:30 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (5)

particulièrement impénétrables....

info.jpgPetit village au Nord de Toulouse (31). Monsieur X, particulièrement reconnu pour sa méchanceté, son égoïsme, son racisme, sa haine contre la jeunesse et l'humanité en général, ...et sa fortune héritée de maintes successions.... vient de gagner le pactole au LOTO.

Au même moment, en Haiti, un des peuples les plus croyants et pratiquants... accumule les chatiments.

Dieu est grand, et sacrément joueur !

palais_1.jpg
(click sur la photo)

10:45 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (5)

08/01/2010

pendant que j'y suis

bab&mY net.jpgIl y a des tas de gens bien qui lisent ce site. J'en suis très honoré et vous savez à quel point j'aime et je respecte votre... présence.

Hélas, je constate que, sur internet, passé 2 lignes, les internautes, au mieux interprètent mal ce qui est écrit, au pire : NE LE LISE PAS ! (ou inversement ?)

Aussi, sur mon nouveau blog :

www.fotogag.fr

...je vais tâcher de mettre un maximum d'images, pour très peu de texte. Ce blog est un "journal intime". Un journal qui devrait durer longtemps (jusqu'à ce que mort s'en suive). Sûrement bien au-delà des sablesrivegauche ! C'est l'histoire d'une vie, d'une entreprise, d'un monde.  ...CLICK===>

bannière maquette copie.jpg

Si l'aventure vous tente... Je laisse un lien en colonne de droite ! Avis aux amateurs...

affectueusement

mY

00:35 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (1)

02/01/2010

le site lessablesrivegauche fête son 2ème anniversaire

inVertime.jpgAmateur, à mateur et demi... Les statistiques de fréquentation du site ont sensiblement évolué durant ces 2 premières années. Avec des pics à 4.000 visiteurs-curieux (Vendée Globe, Artémis, saison, etc...) mensuels pour 1 à 2 connexions chacun, la moyenne actuelle s'est stabilisée avec 1.000 visiteurs-fidèles et 4 à 5 connexions mensuelles chacun !!! MILLE MERCIS POUR VOTRE FIDELITE !

tout à fait entre nous

Copie de IMG_0178.jpgOn est bien loin des "buz" à 10 millions de connexions ! Autant dire que lessablesrivegauche reste une "histoire de famille".

Le taux de rafraîchissement (nouveautés) s'est particulièrement ralenti ces derniers mois, ralentissement dû à l'actualité professionnelle chargée de votre serviteur (restaurant l'Echelle). Mais pas question de désarmer pour autant, la Zapette continuera de s'enrichir en balades virtuelles,  en "coup de gueule" et en "coup de coeur". C'est promis.

Le site, entièrement gratuit et totalement indépendant, retrouvera même une certaine liberté d'expression qu'il avait dû mettre de côté se faisant vitrine (payante) des commerçants de l'île Vertime.

Babeth, Yves et Zano vous souhaitent

une bonne et heureuse année 2010 !

IMG_0312.jpg

09:35 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (6)

13/12/2009

ça sent la sardine !

Sablaise.jpg<== (click)

Un petit tour dans le passé ? Par ce beau dimanche ensoleillé et gla-gla... C'est ce que nous proposent Marie-Laure et Guy, fidèles visiteurs du site lessablesrivegauche et du restaurant L'Echelle (ba tiens, on va se gêner).

De temps-en-temps

1920a0.jpgUne belle série d'images aériennes de La Chaume et des Sables datées de 1920 et 1951 ! Images inédites que nous devons à un certain Gilles Talon. Qu'il en soit remercié et félicité !

On y voit de nombreux clichés de l'ancienne conserverie de La Chaume, des ports, des quais... SUPERBE !

J'en profite pour diffuser cette double image suivante (original + montage) qui figure approximativement lehavre d'Olonne avant que l'ensablement ne permette de créer... Les Sables d'Olonne (fin de l'ère chrétienne). A gauche de l'image, l'île Vertime et sa pointe sud, La Chaume, existant quant à elles depuis... le néolitique ! (Respect, s'il vous plait)

1920n0 a.jpg
(Havre d'Olonne en 1920)
1920n0 b.jpg
(Havre d'Olonne 1920 AV JC)

e

menhir.jpget VIVE LA COMMUNAUTE D'AGGLOMERATIONS qui nous rendra notre
PAYS D'OLONNE millénaire :
j
Olonne + Le Château d'Olonne + L'Ile d'Olonne + Les Sables d'Olonne + Vairé + Ste Foy + St Mathurin
l
+ l'île Vertime (l'actuel Canton)

09:25 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (3)

01/12/2009

le gars Mel

tout va bien, on vous rassure... La preuve : il sourit !

sur les pistes 106.jpg

23:49 Publié dans actu | Lien permanent | Commentaires (0)