Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/11/2008

Les copains d'abord

La rubrique de Paul Emist.jpgPendant que la gauche s'évapore dans le ridicule, la droite partage les restes avec les copains et le centre engrange les politicars frustrés. Les dépenses de la "grande famille" présidentielle sont en hausse de 30%, du jamais vu (sources : ceux qui préparent les chèques voyages au ministère de l'intérieur). Qui s'en plaindra ? Pas les proches du pouvoir (tenants et opposants), jamais les services gratuits mis à la disposition de nos élus (Assemblée Nationale) n'ont été aussi dispendieux *.

tournée-P.Noê 2l.jpgEconomie d'énergie : restriction sur les éclairages de Noël pendant que l'on tire un feu d'artifice de 20 millions de dollars pour l'inauguration d'un hôtel de luxe.

Economie mondiale : Ha bah si, finalement... Il y avait bien de quoi sauver la planète de la misère ! Avant qu'il ne faille boucher les trous des vendeurs de notre argent... Des solutions ?

Faut rigoler, Citizen.   faut rigoler

* pour toutes réclamations adresser courrier à : Le Père Noël, BP Dantérêves, 33000 Bordeaux

10:31 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (2)

03/10/2008

un métier d'avenir *

Vous avez vu ? Les jouets sont déjà EN SOLDE, 1 mois avant Noël ! Super. On va pouvoir s'acheter des simulateurs de bonheur "pour toute la famille "! Wiiiiii... Mais où est dons passé l'argent ? En mer ?

IMG_4606.jpg

* Vendeur de "glaces à l'eau" (Prix de vente conseillé : 10cts).

11:37 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2008

tu me fais bouyg-bouyg...

9.jpg... et puis ça vaaaaa !

Un "autre" Hôtel prestigieux surfe sur la crise, en facturant 35.000 euros la nuit sa meilleure suite. Pas d'affolement, tout est loué jusqu'au printemps 2009, par des réservations d'environ 1 semaine. A ce prix là, le client est roi. On peut tout demander : du robuste sénégalais de 25 cm jusqu'à la petite fleur des îles de 12 ans d'âge.

La télé dans les chambres ? Oui bien sûr. Après tout, ces clients là payent aussi la redevance télé! Le même prix d'ailleurs que la petite mémé avec ses 365 euros de retraite, qui n'a que la télé comme raison de vivre. Merci Sarko-Bouygues. (De toute façon le service public et la culture, exsangues, ça n'intéressait personne)

12:07 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (3)

06/06/2008

pigeon vole ! béné vole !

On manque de bénévoles pour le Vendée Globe !

1739417287.jpgLa nouvelle est tombée le jeudi 24 avril dans le « journal des Sables». Cette information m’a tellement ébahi que j’ai mis plus de trois semaines à réagir.

« Des milliers de personnes sont attendues lors du prochain Vendée Globe. Pour faire face à l’arrivée massive de ces visiteurs, la ville a besoin de nombreux bénévoles ». Non, je n’ai pas rêvé ! le journaliste précise que : « faire partie de l’organisation d’un tel événement ne peut être de toute façon, qu’une expérience enrichissante et mémorable ».

280503714.jpgEnrichissante, certes, mais surtout pour tous les sponsors de l’organisation. Loin de moi l’idée de dénigrer le Vendée Globe qui est devenu, au fil des ans, l’une des manifestations sportives les plus importantes de notre époque. Mais quand on pense à l’argent présent sur cette épreuve, aux bénéfices directs et indirects que les organisateurs institutionnels ou privés retirent de cet événement, on ne peut être que choqué par cet appel au bénévolat.

1775479024.jpg

665277742.jpgJe pense à tous les dirigeants du monde associatif qui à longueur d’année se dévouent gratuitement - quand ils ne participent pas financièrement avec leurs propres deniers - pour faire vivre leurs associations sportives ou culturelles. Il me semblerait judicieux que dans le budget de cette manifestation, une partie, une toute petite, soit réservée à toutes les personnes désireuses d’apporter une aide à son organisation.

 

594817718.jpg

Il y a encore dans notre région des jeunes et des moins jeunes qui se trouvent face à des difficultés financières ; Ils seraient heureux, en travaillant à la réussite du Vendée Globe, d’en retirer un bénéfice émotionnel et financier.

texte Gilbert Haas - photos mY

02:30 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (6)

09/02/2008

Standing ovation

Standing-ovation

cdecf54a01024038fdebd8a18471a0a2.jpgTout a commencé avec Danette : « Tout le monde se lève pour … » C’était un message publicitaire adapté à la ménagère de plus de cinquante ans. Pourtant, pendant longtemps, la Standing-ovation était la marque du respect, la récompense immédiate réservée à une personnalité ou à un artiste. On se levait pour un discours fort, pour une déclaration courageuse, pour une prestation, sinon exceptionnelle, pour le moins particulièrement émouvante ou un chorus d’anthologie. Aujourd’hui l’apparition du moindre clampin dans toutes les émissions de télévision ringardes provoque une standing-ovation.

02a55995234448fff227bde49a09292c.jpgCela n’a rien d’étonnant ; à une époque où les caissières des grandes surfaces sont devenues des  hôtesses de caisse, où les agents d’entretien, des techniciens de sol, des mots et des gestes perdent de leur sens. Derrière un simulacre de reconnaissance se cache une réalité qui ferait croire que le talent se généralise ou qu’un titre suffit pour masquer l’exploitation de certains salariés.

Alors, levons nous et saluons tous ceux qui veulent échapper à la banalisation de la médiocrité, ceux qui participent au développement culturel et économique de l’île Vertime.

 

Gilbert HAAS le 14 février 2008.

 

Anna Sam soutient la cause des caissières, elle a été médiatisée lors de leur mouvement de grève, son blog est très visité et elle va sortir un livre en juin.
On y trouve ma chanson "Libérez les caissières "et le tableau de Laurence Galand du même nom ( notre collectif : Les Naufrageuses)
Espérons que cela fasse progresser la cause des salariés de la grande distribution et faire réfléchir sur le devenir de nos sociétés.  Nad

 

http://caissierenofutur.over-blog.com/

 

 

13:55 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (1)

29/11/2007

Jazz pour tous

 Le jazz... sous toutes ses formes

6c2b0f4cf43f1365f0d6b3b064288269.jpgIndépendamment de leurs propres qualités les différents groupes de jazz et de blues qui se produisent ici et là n'attirent que leur propre fan-club. Parfois cela suffit à remplir une salle.

De plus, malgré leur même origine locale, les musiciens se fréquentent peu hors de leur sentiers respectifs. Leurs approches de la musique, la variété des styles qui les différencient n'expliquent pas la méconnaissance, voir l'indifférence, des uns par rapport aux autres. Alors que le jazz, sous toutes ses formes, est fortement représenté dans le pays des Olonne - avec beaucoup de très bons musiciens -, il apparaît défendu par des clans comme si certains se l'appropriaient. 58cb7250a632110a3cf9de96686ddf4e.jpg

Alors, pour le bien de tous, surtout pour un public qui aime le Jazz, pourquoi ne pas organiser, sur la rive gauche, un festival qui permettrait de présenter des musiciens locaux connus et inconnus. Tous les ingrédients sont réunis pour réussir une telle entreprise : un public potentiel important et des musiciens locaux de qualité. Ainsi, au cours de la même soirée pourraient se succéder sur scène des musiciens et des groupes représentant le « new’s orléan’s », le « blues », le « jazz manouche », le latino jazz », le « big-band » etc.

df88a300bba2254d627a65187d3db634.jpg

Et, rêvons un peu, imaginons qu'après le spectacle, les musiciens se retrouvent dans différents établissements de la « rive gauche » pour renouer avec une vielle tradition : « Faire le bœuf », au hasard de leurs rencontres.

Gilbert HAAS

18:15 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (5)

09/11/2007

Vive l’artistiquement correct !

Après le politiquement correct, nous vivons les prémices de l’artistiquement correct. D’ici de là, cahin-caha, les différents modes d’expressions artistiques sont atteints, à leur tour, du mal paralysant : l’auto censure.

df66f8cdd2bfb1649d09f04ebe47d5e0.jpgOn aurait pu croire que l’explosion des moyens de communication, de la création des radios locales à la création des TV privées, en passant par le libre accès à « Internet », aurait permis une expression libérée d’un ensemble de carcans idéologiques, politiques et philosophiques. Mais notre société apeurée par cette effervescence a mis en place, notamment par l’intermédiaire des médias classiques, les plus influents, un nouveau type de censure et s’y référant : L’autocensure. « … tout concourt à imposer en douce une vision de la culture, propre, sage, niant la spécificité des œuvres dixit Clara Dupond-Monod et Anna Topaloff.

Les œuvres présentées à la dernière FLAC me semblent représentatives de cet état.

Loin de moi, l’idée de vouloir jeter un regard critique sur les différentes expressions artistiques exposées. Je n’ai ni l’envie, ni surtout la légitimité pour le faire. 0014fa94cabd50d2761053a86266b358.jpgCe qui m’intéresse est d’un autre ordre : L’absence de toutes prises en compte de faits sociétales dans les œuvres sélectionnées. En d’autres termes je n’ai pas vu d’œuvres dérangeantes nous renvoyant à nos propres inquiétudes, à nos propres interrogations, à nos propres responsabilités vis à vis de la société dans laquelle nous vivons. Comme si leurs auteurs avaient cherché à exprimer leurs propres vécus en faisant abstraction du quotidien.

La plupart des artistes, ceux identifiés « contemporains », ont souvent pris en compte le monde dans lequel ils vivaient en nous le révélant, se faisant, en nous réveillant.

On me rétorquera que les temps ont changé, qu'on vit dans une société apaisée, sans trop de conflits majeurs… Aux Sables d’Olonne, peut-être, mais ailleurs ?

Gilbert Haas

574a9616ab938810289be54e9bb57462.jpg
" Les sables dort " La vérité ciment - monsieur Yves - St Jean-de-Mont Oct. 2007 Série limitée à 10 exemplaires. Ex.1/10 - 60 x 90 cm marouflé sur alu, prête à poser. valeur : 630 euros
.
a2acb867c8f5de5749f065d1214fb8bd.jpg
Toutes les oeuvres commentées par les artistes, cliquez ci-dessous

12:35 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (8)

05/11/2007

Vive la prohibition

04fccdc686d65c4b7badbde504eb7ddd.jpgJ’aime les musiciens et les peintres qui s’exposent dans les cafés et les restaurants, ceux qui ainsi « s’exposent à la critique ou à l’indifférence ».

Paradoxalement c’est dans ces lieux conviviaux qu’ils ont le plus de chance de convaincre et d’émouvoir. Pour moi l’œuvre ne peut être dissociée du contexte dans lequel elle est présentée. Le public n’a pas le même vécu quand il est dans une salle de concert ou dans un musée que quand il boit un verre dans un bar ou quand il dîne dans un restaurant ; sa disponibilité n’est pas la même, ses attentes sont différentes.46d334c4de29fce8e138764318e964b4.jpg

Des études comportementales ont montré l’influence du décor sur l’appréciation de la nourriture. Et c’est à ce moment que l’artiste se met en danger. Pas au point de le protéger en le séparant du public par un grillage (cf. la séquence « sweet home Chicago » dans le film « the blue’s brothers ». 137f201ac42ff2143fa110cf40b3605f.jpgMais il a cette fantastique possibilité de séduire, de créer un instant magique que chacun aimerait voir se prolonger. Et cela est aussi valable pour la musique que pour la peinture. Il y a des tableaux qu’on découvre, qu’on souhaite s’approprier parce que le moment de sa découverte est convivial.

Alors merci à tous les bars, les restaurants qui organisent des concerts et des expos dans les conditions que l’on sait, taxes, impôts, sacem, etc...

 

La prohibition de l’alcool, aux Etats Unis dans les années 30 a permis le développement du Jazz grâce aux « speakeasy»

16e2a12fbae4e1ef57cbf9b51a5f6f9a.jpgUn speakeasy était, aux États-Unis, un établissement de vente et de consommation de boissons alcoolisées pendant la Prohibition (entre 1920 et 1933, voire plus tard dans certains États), période au cours de laquelle la vente d'alcool était interdite. L'expression trouve son origine dans l'habitude qu'avaient les patrons de bar de demander à leurs clients de parler doucement (speak easy) lorsqu'ils demandaient de l'alcool, afin de ne pas éveiller les soupçons. Et ils gagnaient beaucoup d’argent, ce qui leur permettaient de bien payer les musiciens.

7d61f95a1fb22865dc78f57eba434860.jpg
394f0c949436402a13c6e5b56f61d19b.jpgDes nos jours, les Américains ont créé sur le même modèle le mot « smokeeasy » (du verbe to smoke : fumer), qui désigne un recoin pour fumeurs dans les bars et boîtes de nuit où le tabac est interdit.

Alors, par association d’idées, la forme la plus basse de l’intelligence, et pour dire n’importe quoi, on peut rêver, avoir une vision optimiste des conséquences de la prohibition du tabac dans les lieux publics ; si la période de prohibition de l’alcool a contribué à l’essor du jazz, la prohibition du tabac permettra peut-être, je ne sais comment, aux musiciens et aux peintres de vivre de leur art.

Gilbert Haas

 

14:45 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (7)