Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-01 | Page d'accueil | 2008-03 »

28/02/2008

Elisabeth James au Poisson à Roulettes

Une familière exception

636009245.jpg

371502089.jpgIl n'y aurait sans doute rien de surprenant à ce que le Poisson à Roulettes expose un(e) artiste peintre. Cela fait 6 ans que cela dure, régulièrement. Dorothée, maîtresse des lieux, nous gratifie d'expositions si différentes tout au long de l'année, que la... surprise n'est plus de mise. Coup de coeur personnel ou preuve d'une ouverture d'esprit tout à son mérite, le choix des exposants répond à des critères aussi variés que les techniques exposées.

Pour le Frigival d'hiver elle nous présente le travail de l'artiste peintre Elisabeth James.

1360021409.jpg
318229395.jpg
1596516477.jpg
456445562.jpg
oui, la même chose... Merci Martine !
380648817.jpg
411603629.jpg
579305554.jpgLa peinture d'Elisabeth James regorge de symboles. Son écriture "enfantine" rappelle à chacun ses propres souvenirs. En instaurant ce langage commun elle en rend la lecture de son oeuvre universelle et cache sous une apparente innocence des réflections d'une évidente maturité.

1534008991.jpg
483353679.jpg
1458302358.jpg
Elisabeth James au Poisson à Roulettes

Hervé Marsaud au Café Choc

L'a une drôle de tête, ce mec là !

1642274813.jpg

"Mais qui c'est celui-là"... D'où sort-il ? De Fontenay je crois, de la hotte d'Eric Pénard qui nous l'a présenté, en tout cas. Hervé Marsaud est un photographe intemporel. Son travail s'inscrit dans une tradition humaniste de haute voltige. Servie par des cadrages rigoureux et des tirages argentiques léchés, son imagerie est celle de tous les jours et de tous les continents. Pourtant, Marsaud sait extraire de la banalité du quotidien cette expression unique qui donne la parole à l'image.

1597991576.jpg
1650410280.jpg
637483512.jpg
Ce petit quelque chose, cette patte, ce réflexe, cette chance aussi parfois, qui font que l'image produite s'adresse directement à la conscience du spectateur. Oui, chaque photo de Marsaud est un spectacle, précisément mis en scène, quelque part entre un rire d'enfant et une charpente métallique. En nous subsistent quelques fragments de "quelque part" dans l'immensité de nos consciences. J'adore. Merci le Frigival !
1867456857.jpg
1378814185.jpg
291247523.jpg742145043.jpg
pourtant le bas blesse

Seul accroc à la béatitude engendrée : le prix des photos : 60 euros. C'est le prix du cadre ! On patauge en pleine concurrence déloyale vis à vis des photographes professionnels. Enfin, si vous cherchez un joli cadre à son juste prix pour encadrer votre calendrier des Pompiers, vous pouvez aller chez Catherine, au bar "Chez Choc" à la Chaume. Elle en a une très jolie collection aux murs. (PS ne jetez pas la photo sur la voie publique).

1430270888.jpg
Les Pénard dans leur chasse au trésor.

p

 455298205.jpg
Hervé Marsaud au Café Choc jusqu'au 9 mars. Superbe.

Annick Gaston au Katsa

463280588.jpg1878473472.jpg

Sans l'ombre d'un doute

Qui n’a jamais succombé au charme discret des gravures d’Annick Gaston ? Ses silhouettes portent en elles à la fois la grâce et la simplicité d’un univers de passants désoeuvrés et contemplatifs. Pourtant, loin de toute banalité, ces nonchalances sont toujours animées par un détail de posture qui en dit long sur leurs histoires. Ses dernières créations vibrent d’un renouveau joyeux, festif, comme les signes d’un printemps enfin victorieux.

1761308128.jpg
16401864.jpg
1294296616.jpg
1945703245.jpg

Catherine (restaurant le Katsa) vous présente l'exposition Annick Gaston jusqu'au 9 mars

1424080994.jpg

 

Guy Mallard à la Pibole

511703230.jpg 1234074434.jpgAutant que fer se peut

Guy Mallard, 74 ans « a fait sa confirmation à 7 ans, en culotte courte, une paire de chausses de fille pour cacher la peau, sa communion à 11 ans et passé son certificat d’études primaires dans le canton de la Mothe-Achard, avec mention bien ». Ainsi s’exprime le Zarathushtra de l’art contemporain, réformateur s’il en est, qui au grand dame des agitateurs de manches, sculpte la rébellion avec humour en établissant un rapport aussi amoureux qu’inattendu entre le feu, le fer et l’humanité.

669161195.jpg
754880485.jpg
première oeuvre présentée (pièce unique 2000 euros)
1614998587.jpg
1834126922.jpg
730969258.jpg
nouvelle oeuvre présentée à la Pibole (bureau de tabac) jusqu'au 9 mars (pièce unique 2000 euros)
 772780927.jpg
 
Guy Mallard expose :
 
à ORIGINAL GALLERY
6, rue Sadi Carnot
85000 La Roche sur Yon
02 51 07 06 47 
 
du 7 mars au 4 avril 2008 

Paul Toublanc à Terre & Mer

888429183.jpg

1326525524.jpgPaul Toublanc est un train en marche qui chemine sereinement dans une humanité en équilibre instable : « nous sommes la première société où tout est quasiment basé sur l’argent ». Car Paul Toublanc a l’esprit critique comme tout homme de conscience : « notre société très médiatisée à tendance à enfermer les esprits dans des idées toute faîtes ».

Mais qu’il incarne le sociologue, l’écrivain, le conférencier ou le peintre, Paul Toublanc concède «  mettre les pieds dans le plat » avec humour, envers les autres comme envers lui-même. Avec amour, aussi sans doute : « le rôle du moraliste est de faire en sorte que l’on comprenne mieux cette société pour la rendre plus humaine. »

929006671.jpg

160723919.jpg
1049297729.jpg
1737627134.jpg
Mireille (et Denis) vous accueillent dans leur restaurant tous les jours de la semaine (sauf le mardi soir et le mercredi, hors saison)
4256961.jpg
Paul Toublanc au restaurant Terre & Mer jusqu'au 9 mars

22/02/2008

Eric Penard au garage de L'Ocean

coup de piston ? 

165e5a9bc99cec937de920bcfeb2983d.jpg
exposition Eric Pénard au garage de l'Océan

e83f806f6bc18cb683a69062711fc977.jpgOn a beaucoup écrit sur Eric Pénard. Normal ! Lui aussi, écrit beaucoup sur ses toiles… La naïveté de cette affirmation contient toute l’ambiguïté de son œuvre. Tout se qui sépare et réunit l’exercice consciencieux des mouvances de l’art contemporain et le gribouillage sur un coin de table en attendant l’heure de la récré.

2493f5add45d1f058135800360eeeaef.jpgEntre l’artiste éclairé et le maniaque compulsif il n’y a qu’une loupe, l’attention que l’on y porte. De là, parfois, naît la beauté, et c’est le cas chez Pénard : « je revendique le droit de faire de belles images, mais je ne veux pas me prendre au sérieux ». Pénard est un doux révolutionnaire. La dérive est son maître mot. La place au hasard. Pourtant, des règles, il en a, nombreuses et incontournables. Mais c’est lui qui les fixe. L’art contemporain autorise tout ? Son travail est jalonné de contraintes rigoureuses, graphiques ou thématiques. On doit se plier aux exigences débordantes de la création ? Pénard la plie à la taille de ses tiroirs. Sur fiches bristol, alliées séculaires du prof de LEP.

7b67348faaa35b5d74f5eb8e7b0c3abf.jpg
On disserte, on documente savamment son travail ? Plus on écrit sur lui, moins ce qu’il écrit sur ses toiles n’a de sens. «A la fin, il ne reste que des questions. Pas de réponses». Fuirait-il le génie de peur qu’il se sauve ? Ou pire : qu’il s’installe !
4a9f0b91d0fdd0bd3ceb874ecf6532eb.jpg
a223514b262d6304e2f68feb09093659.jpg
ee6abf9542d0835cdc63204bf5192c66.jpg
11c146981aa80b81ff5a988a7fd0565e.jpg
Eric Pénard au Garage de L'Océan jusqu'au 9 mars
4d4d97f9428b53a063b2b28ba64f0ea3.jpg

Christian Lecorre chez Laïza coiffure

le peintre du soleil sur les quais de la Chaume

Lecorre encore

3e5302bcb1c692c25d5887665826576d.jpg
Christian Lecorre, habite le sud de la France. Son trait et sa palette en ont fait le prince de l'antiquité. Sujet ô combien provençal mais qui s'accommode fort bien notre climat et de notre lumière (Côte de lumière, Le pays d'Olonne 2ème ensoleillement de France après la côte d'Azur).  
8956e2d2c23821efb25403c082e1e890.jpg610127395f72e962996f9b9bebe64f1f.jpg
8bfe8fc6ea018f0d60e7d62b18c886ef.jpgPassé Maître du trompe l'oeil, le peintre d'art est aussi un familier des chantiers provençaux. Il n'hésite pas à l'occasion à troquer ses toiles de lin contre de grands murs intérieurs ou extérieurs. Décors muraux, créations à chaque fois personnalisées, Lecorre s'est forgée une jolie réputation tout au long des belles villas sur la côte méditerranéenne.
Après une première tentative d'installation aux Sables (où l'éclairage lui avait tant plu) Lecorre, a court de chantiers locaux a dû s'en retourner dans son Midi d'adoption. D'origine bretonne, il avoue nourrir encore le projet de s'installer définitivement dans notre Olona qui n'est pas sans lui rappeler quelques paysages natifs (avec un plafond de nuage ici beaucoup plus haut...)
7779d59fc54cbc8ac01ebb6b2fcac45f.jpg
6cff82e563555ff3fcad03b578853889.jpg
Entre shampoing, ciseaux et bigoudis venez admirer les toiles de Christian Lecorre dans le salon Laïza coiffure jusqu'au 9 mars.
8008092c9d2a5c29bc1ee9b5bd260434.jpg

15/02/2008

Jean-Claude Artaud à la Côte Sauvage

En dehors de la géographie

744476d9d7cb83cde549a6737c522e30.jpgc3813f6a6e059bc01d0dcebb5e6fe67c.jpgParmi les IMMENSES instants de l'expo : le retour de Jean-Claude Artaud à la Chaume !  Dans le quartier des 400 coups de son enfance, Artaud nous délivre la représentation la plus aboutie de la célèbre expression chaumoise : " En dehors de la géographie". Tout au fond du bar, sur le panneau d'annonce en liège, parmi les photos souvenirs des "grandes gueules" du pays et les trophées sportifs, l'artiste installe une carte marine peu commune.

ea0508037e7bbf899838da92d424c9b4.jpg

62a88c1e9d35a04d2d3fae5271ea723f.jpgb70c189becbcd7bcd4faf35d4fbd90c6.jpg"La carte Michemin" est totalement vierge. Seuls s'entrecroisent méridiens et parallèles sur fond d'océan. Encadré de "photos de nulle-part" un poème de Jacques Prévert  traduit son discours, "affichage facultatif et optionnel" selon l'artiste :

(...)

mais en ce temps-là déjà autrefois commençait à s'appeler tout de suite aujourd'hui. Bientôt les hommes allèrent si vite nulle-part qu'ils étaient tout le temps n'importe où avec de grandes ferrailles bizarres qui partout abîmaient tout.

"En tout cas ça fait parler ! "
a7eebbdcc718a02cb897846654f3bfb2.jpg
de gauche à droite : Claude, Jean-Claude Artaud, Sylvie, Annick Boss, le peintre Claudius, Marie-France Lefoll (Ouest-France)

e0e5f9ffa701e86233abc4f3cff48770.jpgSylvie et Claude, les patrons, sont aux anges. "En tout cas ça fait parler!" lancent-ils. Et pas seulement des railleries ! Les esprits se défoulent, sortent des sentiers battus et s'aventurent volontier dans les considérations philosophiques et poétiques. Bon sang qu'est-ce que cela fait du bien les NOUVELLES RENCONTRES ! Toute l'essence du frigival de l'île Vertime est là.

Sur un autre pan de mur, deux oeuvres plus anciennes (1991) inspirées par les cartes aériennes dont l'artiste ne retient que le mystère graphique, poursuivent sa démarche "cartographique" : partout et nulle-part...

 

 

b08647181fd6addf8e77bc6972c3586f.jpg

 

400d264af245c46f97bcb749afb66602.jpg

Plaisir de l'esprit... ET DU CORPS : l'affaire se terminera devant une sole au poireau ! C'est bon la culture.

Jean-Claude Artaud à la Côte Sauvage jusqu'au 9 mars : IMMANQUABLE !

bafca758fbbf64da3e35687580266861.jpg

10/02/2008

Jean-Loup Bernard sous les Arcades des Cormorans

1723981401.jpg  

Le trésor n'est peut-être pas là où on l'attend !

Le premier Frigival d'hiver est en place, ou pas loin. Quel bonheur. Déjà, on peut le dire : ça marche. Combien de promeneurs inconnus, "carte au trésor" en main, ai-je croisés hier ? Une bonne dizaine. Combien de familiers de la Chaume ai-je vus le nez en l'air en attendant la monnaie chez le commerçant habituel, à contempler une oeuvre d'art (objet unique dans une société de production de masse) ?

7ecaa5620711933ce28c024237e5a49b.jpg
sous prétexte 

494feb1a0bd7484ef83b7b2ff5de3197.jpgMieux : combien d'entre-nous, sous prétexte de "voir l'exposition", viennent d'entrer ou le feront prochainement dans des lieux où ils ne vont jamais d'habitude ? Et c'est bien là, in fine, le plus important. L'art est un prétexte à la rencontre. Entre un artiste et le public bien sûr, mais aussi entre nous-mêmes, seul(e) ou à plusieurs.  

b73618e9f6db5d017c3c4b3c00e976d9.jpgDéjà, au terme de la première journée, combien de fois ai-je entendu "je n'étais jamais rentré là. C'est drôlement sympa !" Et oui, au fond, les gens sont sympa, il n'y a qu'à ouvrir nos yeux et nos portes. Le véritable trésor d'In Vertime, nous en avons déjà une pièce chacun. Groupons-nous, et nous serons riches.

 

Bon dimanche, et bonne promenade sur l'île Vertime.
26bf3c8edf2be168cd20715f252d1967.jpg
ces photos ont été prises samedi sous les arcades des Cormorans. Merci aux quelques promeneurs de s'être prêtés au jeu de l'objectif.

Mettez des couleurs sur Plzen 

0f3a295f2ce0f4bd87c54ef58cbfd31b.jpg
Une animation proposée par le photographe-plasticien Jean-Loup Bernard

*

7e08ad3dcb823b3bab05e581916090db.jpgLors d'un récent voyage en europe de l'est, Jean-Loup Bernard fit escale à Plzen (prononcez pilzen), ville moyenne de tchécoslovaquie. La ville lui sembla d'abord grise et sombre. Mais, fur-et-à-mesure qu'il la découvrait plus en profondeur, des couleurs se révélaient progressivement comme sur des épreuves photographiques au fond de la cuvette.
De cette expérience lui vint l'idée de tirer 4 photos de la série en grand format (A0) et de les colorier partiellement avec des feutres à peinture.
Parallèlement à ses propres propositions, l'artiste invite les badauds à colorier eux-mêmes des photocopies noir et blanc de ces 4 photos.
738010565.jpg
Les tirages (A0) d'origine de Jean-Loup bernard peuvent être acquis séparément 150 eu pièces ou ensemble (4 photos) 450 eu.
*
*
1799749597.jpg
1445320301.jpg
d030a538b5591ea8a73b12fc9b97d399.jpg
a508fab691b50ed6c67b66ef5583d2af.jpg
522818073.jpg
1715609417.jpg
850f631d98be3c74c145260abb33505e.jpg
1217083621.jpg
59ad64dbb8180e1cb35b9f3b0791591e.jpg
843803525.jpg
998796912.jpg
2068262897.jpg
1921264156.jpg
211230432.jpg
Un grand merci à Fabienne Gaudin (ci-dessus) qui a bien voulu nous prêter les murs de son Cabinet pour l'exposition
df519e294536673fb668954899e1c3bb.jpg

09/02/2008

Standing ovation

Standing-ovation

cdecf54a01024038fdebd8a18471a0a2.jpgTout a commencé avec Danette : « Tout le monde se lève pour … » C’était un message publicitaire adapté à la ménagère de plus de cinquante ans. Pourtant, pendant longtemps, la Standing-ovation était la marque du respect, la récompense immédiate réservée à une personnalité ou à un artiste. On se levait pour un discours fort, pour une déclaration courageuse, pour une prestation, sinon exceptionnelle, pour le moins particulièrement émouvante ou un chorus d’anthologie. Aujourd’hui l’apparition du moindre clampin dans toutes les émissions de télévision ringardes provoque une standing-ovation.

02a55995234448fff227bde49a09292c.jpgCela n’a rien d’étonnant ; à une époque où les caissières des grandes surfaces sont devenues des  hôtesses de caisse, où les agents d’entretien, des techniciens de sol, des mots et des gestes perdent de leur sens. Derrière un simulacre de reconnaissance se cache une réalité qui ferait croire que le talent se généralise ou qu’un titre suffit pour masquer l’exploitation de certains salariés.

Alors, levons nous et saluons tous ceux qui veulent échapper à la banalisation de la médiocrité, ceux qui participent au développement culturel et économique de l’île Vertime.

 

Gilbert HAAS le 14 février 2008.

 

Anna Sam soutient la cause des caissières, elle a été médiatisée lors de leur mouvement de grève, son blog est très visité et elle va sortir un livre en juin.
On y trouve ma chanson "Libérez les caissières "et le tableau de Laurence Galand du même nom ( notre collectif : Les Naufrageuses)
Espérons que cela fasse progresser la cause des salariés de la grande distribution et faire réfléchir sur le devenir de nos sociétés.  Nad

 

http://caissierenofutur.over-blog.com/

 

 

13:55 Publié dans gilbert | Lien permanent | Commentaires (1)